Guide du campeur débutant et du matériel de camping 1/2

Vous voulez devenir un bon campeur ? Il y a toutes sortes d’endroits où vous pouvez faire du camping et plusieurs façons de le faire. Dans presque tous les cas, il vaut mieux cependant qu’une personne expérimenté vous accompagne, surtout la première fois.

Plus tard, vous serez capable de faire de petites excursions tout seul avec vos camarades, mais même à ce moment-là, il faudra que vos proches sachent exactement où vous allez, ce que vous projetez de faire et combien de temps vous allez rester.

Commencer le camping

L’un des meilleurs endroits pour faire vos débuts est une cour ou un jardin derrière chez vous. Là vous pourrez apprendre à planter une tente, à faire un feu et à préparer des repas en plein air tout en étant assez près de chez vous en cas de danger.

Assurez-vous cependant qu’il y ait vraiment un danger, et ne désertez pas le camp uniquement parce qu’il fait nuit ou qu’il pleut. Le campeur doit s’habituer à l’obscurité et à la pluie.

Il y a une autre façon de de devenir un campeur: pendant la journée, si vous vous promenez à travers bois avec des camarades ou si vous partez à bicyclette et déjeunez en plein air. Souvent cette excursion se combinera avec d’autres activités telles que la pêche, la natation ou la photographie, mais le repas en plein air fera de cette sortie une journée inoubliable.

Plus tard, lorsque vous aurez assez l’expérience du camping de jour, vous aurez envie d’essayer de camper la nuit lors de promenades plus longues ou de sorties à bicyclette. Ces excursions peuvent durer une nuit, un week-end ou même une semaine ou deux. Il vaut mieux commencer par une nuit.

accessoire campeur

Les endroits intéressants où l’on peut se rendre à pied ou à bicyclette sont pratiquement illimités. Dans beaucoup de montagnes, il y a des pistes signalées pour les excursionnistes. Vous pourrez obtenir auprès des clubs d’excursion ou des agences de voyage, des cartes et des guides indiquant les pistes et vous donnant tous les renseignements utiles sur la région que vous allez traverser.

Les stations services fournissent d’excellentes cartes et vous pouvez également en acheter en librairie. Les cartes indiquent généralement les terrains de camping et les refuges de montagne dans lesquels vous pourrez passer la nuit.

Lorsque l’on décide de voyager à bicyclette, les routes s’étendent à l’infini et invitent à la découverte. Il y a cependant une chose qu’il faut garder présente à l’esprit, que l’on voyage à pied ou à bicyclette: à la différence des aventuriers de jadis, les gens n’ont pas la permission de camper partout où ils en ont envie.

A moins que vous ne soyez sur un terrain de camping public et autorisé, il est important que vous obteniez la permission du propriétaire du terrain avant d’y planter votre tente.

Camping en bateau

Si vous aimez les bateaux et l’eau, vous pouvez partir en canoë; c’est un autre genre de camping intéressant et qui procure de multiples plaisirs.

Vous pouvez faire une petite excursion sur une rivière près de chez vous ou vous aventurer plus loin à travers lacs et rivières. Dans les régions bien arrosées, il y a de nombreuses excursions de ce genre à faire.

Vous pouvez obtenir les renseignements nécessaires en écrivant aux agences de voyage ou aux syndicats d’initiative de ces régions, afin d’établir votre itinéraire en toute sécurité.

Ils vous enverront des brochures contenant des cartes et une description des différentes excursions en canoë, en même temps que les renseignements utiles sur les terrains de camping, les distances, les rapides et les chutes qui présentent un danger et qu’il vous faudra contourner en portant votre embarcation.

Pour changer, vous pouvez faire des excursions en bateau à moteur. Dans ce genre de promenade, vous suivez le courant, tout en péchant; vous débarquez à midi pour préparer votre repas et vous campez la nuit sur les bancs de sable ou les îles qui sont sur votre chemin.

Quelqu’un vient à votre rencontre à la fin de l’excursion et vous ramène chez vous, vous et votre bateau. Il y a enfin le camping en auto qui est devenu récemment le plus populaire de tous. Chaque été, un plus grand nombre de familles découvrent les plaisirs offerts par cette petite aventure en plein air.

Tous les ans, plusieurs millions de personnes partent en voiture pour camper. Certaines familles vont directement à un terrain de camping choisi d’avance et y restent jusqu’à la fin de leurs vacances. D’autres vont à l’aventure dans la région, visitent des endroits qu’ils ne connaissent pas, voient de nouvelles choses, montent chaque nuit leur tente sur un terrain de camping différent.

Ces différentes sortes de camping sont toutes divertissantes mais, que vous partiez à pied pour la journée avec un camarade, en canoë pour deux semaines, ou tout l’été en auto avec votre famille, il vous faudra emporter un certain nombre de choses. Votre équipement dépendra en partie du genre de voyage que vous projetez de faire et de sa durée. Il y a toutefois certains articles qui sont indispensables à tous les campeurs.

L’équipement du campeur

Jadis les aventuriers et les trappeurs se lançaient dans les régions inexplorées portant un fusil, une hachette, un sac de sel, de quoi allumer un feu et quelquefois une poêle à frire.

Pour se nourrir, ils tuaient du gibier et ramassaient des baies et des fruits; la nuit, ils s’étendaient tout habillés près de leur feu. Ce qui importait pour eux, c’était de voyager vite sans être gênés par un équipement lourd. Souvent ils étaient trempés, avaient froid ou faim, mais cela faisait partie de leur vie dans la nature et ils l’acceptaient.

Certaines personnes campent encore comme cela aujourd’hui, pensant qu’il faut être une poule mouillée pour vouloir avoir ses aises lorsqu’on vit en plein air. Or rien n’est plus faux. Aujourd’hui les gens campent pour le plaisir et les campeurs expérimentés préfèrent le confort et les commodités qu’ils peuvent avoir en emportant un matériel convenable.

De plus, on trouve actuellement une grande variété d’équipements légers et compacts dont on n’aurait même pas rêvé jadis. Cela ne veut pas dire que les campeurs doivent crouler sous le poids d’appareils modernes de toutes sortes, y compris l’évier de cuisine!

Vous risquez d’enlever rapidement tout agrément au voyage si vous traînez sans nécessité des objets lourds. Le plus sage est d’emporter uniquement ce qui est essentiel pour le confort et facile à transporter suivant le moyen de locomotion choisi.

Bien entendu, ceux qui partent en voiture peuvent emporter beaucoup plus de bagages que ceux qui sont à pied; de même ceux qui partent en canoë peuvent transporter beaucoup plus que ceux qui vont à bicyclette, sans oublier toutefois qu’ils auront à porter eux-mêmes cet équipement chaque fois qu’ils aborderont.

D’autre part, il serait désagréable de partir en forêt et de s’apercevoir qu’il manque quelque chose de nécessaire. Voici donc une liste de ce dont tout campeur aura besoin; vous pourrez y ajouter des articles supplémentaires tels que le matériel de pêche, l’appareil photo, les jumelles, en pensant toutefois au problème du poids et de l’encombrement.

Matériel de camping nécessaire

Camping de jour

  • Hache Gourde
  • Boussole
  • Ustensiles de cuisine
  • Trousse à pharmacie
  • Nourriture
  • Couteau
  • Allumettes dans une boîte étanche
  • Sac à dos Insecticide
  • briquet tempête

Pour le camping de nuit, ajoutez

  • Sac de couchage
  • Tente
  • Lampe de poche ou lanterne
  • Objets de toilette

Il n’est pas nécessaire d’acheter tout ce matériel. Vous pouvez fabriquer certains de ces articles ou les prendre chez vous. Votre trousse à pharmacie n’a pas besoin d’être lourde et encombrante. En cherchant bien, vous pouvez en trouver une dans n’importe quelle pharmacie. Assurez-vous que votre trousse contient les articles suivants (ou d’autres similaires):

  • Un rouleau de sparadrap
  • Une bande de gaz
  • Un paquet de pansements adhésifs de différentes dimensions
  • Un paquet de coton hydrophile
  • Une bouteille de désinfectant
  • Des tampons d’ouate
  • 1 tube de crème pour les brûlures
  • Des pinces
  • Une lotion solaire

Il faut choisir des vêtements confortables et qui résisteront aux mauvais traitements. Vous aurez besoin, surtout si vous allez à pied, de chaussures solides qui vous aillent bien et que vous puissiez facilement porter avec une paire de grosses chaussettes, de préférence mi-laine, mi-coton.

Les blue-jeans et autres pantalons de toile sont pratiques en camping et pour la marche. Mieux vaut ne pas porter de shorts si vous escaladez des rochers escarpés ou si vous marchez dans des broussailles.

D’autre part, faites attention à ne pas attraper de coups de soleil. En été, les tricots de coton sont pratiques; vous les porterez avec un tricot de laine lorsqu’il fera froid. Il faut aussi un pull chaud ou une veste car, même en été, les nuits peuvent être humides et froides.

Ajoutez à cela un imperméable et une casquette ou un chapeau et vous pourrez affronter n’importe quel temps.

Les tentes

Ceux qui campent seulement de jour n’ont, bien entendu, pas besoin de tente.

Cependant si le voyage dure une nuit ou plus, la tente constitue la partie essentielle de l’équipement car elle doit vous garder au chaud et au sec; elle doit être facile à monter et à démonter, protéger des insectes et des bêtes rampantes et être confortable.

Il y en a de différentes formes et de différentes tailles; le choix dépendra du genre de camping envisagé. Si vous voyagez à pied ou à bicyclette, il vous faudra une tente légère, facile à porter. De nombreux jeunes choisissent, pour leurs débuts, une petite tente canadienne. Elles ne sont pas chères, elles sont légères et assez grandes pour deux personnes.

Si vous en achetez une, assurez-vous cependant de la choisir avec une porte en moustiquaire et un tapis de sol cousu à l’intérieur. Celles qui sont ouvertes devant laissent entrer la pluie, l’air froid et aussi les insectes, à moins que vous ne placiez une moustiquaire à l’entrée.

Ces tentes sont pratiques lorsque vous campez de temps en temps pour une nuit, mais il y a de meilleurs abris un peu plus chers qui valent la différence de prix.

Tente canadienne

Un autre type de tente canadienne, vendu généralement avec un tapis de sol cousu, une porte et une moustiquaire, a un petit auvent qui se rabat pour protéger l’entrée et certains modèles ont des ailes coupe-vent triangulaires de chaque côté de la porte pour empêcher le vent de pénétrer.

Cette tente est idéale pour les excursionnistes puisqu’elle pèse moins de 5 kg et que son espace vital permet à deux personnes de dormir à l’aise. On peut aussi l’utiliser lors de randonnées à bicyclette.

tente canadienne

Il existe un autre modèle de tente légère et facile à porter, avec deux ailes coupe-vent et deux rabats de porte que l’on peut attacher sur les côtés de façon à dégager complètement l’entrée de la tente lorsqu’il fait chaud. Elle a un tapis de sol et une moustiquaire; elle est assez grande pour deux campeurs avec tout leur matériel.

Un autre modèle convient bien aux excursionnistes: la tente pyramidale, avec des pans très en pente qui laissent glisser la pluie. Elle est facile à monter rapidement soit avec un seul mât, soit en la suspendant à une grosse branche d’arbre.

Lorsque le poids de la tente importe peu, si on l’utilise dans une cour par exemple, l’un des modèles les plus populaires est la tente carrée, facile à monter et à démonter. Certaines ont un mât central, d’autres une armature intérieure. Ces dernières ont un tapis de sol, des portes et fenêtres en moustiquaire et sont très spacieuses.

Les autres type de tentes

Si vous campez dans une cour, vous pouvez avoir une tente murale; c’est un modèle ancien, toujours en faveur. Elle est spacieuse, confortable, à l’épreuve du vent, de la pluie et des insectes, facile à monter à l’aide de mâts ou d’armatures en aluminium. Il y en a de toutes les dimensions, depuis les petits modèles pour deux personnes jusqu’aux tentes pouvant abriter une famille de plusieurs personnes.

La tente-abri est également excellente, spacieuse et confortable. Elle a une avancée qui peut être fixée sur des mâts ou accrochée à la voiture si vous êtes sur un terrain de camping.

Il existe encore d’autres types de tentes, mais la plupart sont des variantes des modèles de base qui viennent d’être mentionnés; ceux-ci sont les meilleurs et peuvent être choisis dans la dimension qui convient suivant que vous voyagez à pied, à bicyclette, en canoë ou en automobile.

Les tentes se vendent en différents coloris: vert, jaune, rouge, blanc, kaki, et même à rayures. La plupart des habitués du camping les préfèrent vertes ou kaki parce qu’elles se fondent avec les alentours.

Le montage

Vous aurez avec votre tente des instructions pour la monter. Suivez-les soigneusement et vous apprendrez sans peine à la planter vite et sans aucune difficulté. Certaines tentes doivent être dressées à l’aide de mâts et d’armatures tout faits, mais d’autres, surtout celles qu’utilisent les campeurs à pied ou à bicyclette, peuvent aussi être fixées avec des cordes et des mâts coupés dans les bois.

Dans tous les cas, vous aurez besoin de piquets que vous pouvez soit emporter avec vous, soit couper à l’endroit même où vous campez. Du moins cela est-il possible en certains endroits; en d’autres, dans des parcs ou sur des terrains de camping, vous n’aurez cependant pas la permission de couper du bois.

De plus, la plupart de ceux qui vous permettront de camper sur leur propriété ne voudront pas que vous abattiez leurs arbres ou que vous coupiez des branches.

Même si vous campez à un endroit où il est permis de couper des branches, vous devez choisir vos mâts avec soin, et ne toucher qu’aux arbres qui sont cachés à la vue ou qui poussent trop près d’un autre arbre. Ne coupez jamais tous vos mâts au même endroit. Choisissez un arbre ici, un autre là, de façon à ne pas enlaidir et dénuder tout un coin de forêt.

Cependant, puisque piquets et mâts ne sont pas très lourds, il vaut mieux en général en acheter, en bois ou en métal, dans n’importe quel magasin d’articles de sports, et les emporter avec vous.

Enfoncez vos piquets de façon à ce que la pointe soit dirigée vers la tente, sauf dans le sable où elle doit être dirigée vers l’extérieur. Quelle que soit la méthode que vous utilisiez pour monter votre tente, faites-le le mieux possible.

Enfoncez bien solidement les mâts et tendez bien les cordes pour que le toit et les pans de la tente ne s’affaissent pas et qu’un vent violent ne puisse pas la faire tomber. Cependant, lorsqu’il pleut, relâchez la tente car la toile mouillée rétrécit et tend encore plus les cordes.

En fait, il faudrait détendre chaque nuit toutes les cordes des grandes tentes car même la rosée fait rétrécir la toile. Évitez, si vous le pouvez, de plier votre tente quand elle est mouillée car la toile moisit et pourrit. Si vous devez lever le camp alors qu’il pleut, dépliez la tente dès que possible et faites-la sécher. Si vous campez par beau temps, ouvrez la tente tous les matins pour qu’elle s’aère et qu’elle sèche.

Une bonne nuit de repos

Il est aussi important de bien dormir quand on campe que quand on est chez soi, peut-être même plus. En camping, vous vous dépensez beaucoup et, le soir, vous êtes fatigué.

Aussi, si vous ne dormez pas bien, vous vous lèverez le matin courbatu, de mauvaise humeur et incapable de jouir de vos vacances. De toutes façons, on a toujours du mal à dormir quand on campe pour la première fois, soit qu’on ait trop froid, qu’on soit mal installé ou parfois même que le silence tienne éveillé si on est habitué aux villes bruyantes.

Pour toutes ces raisons, il faut que le campeur ait un lit confortable. Il y a toutes sortes de lits pour le camping et, comme pour les tentes et le reste de l’équipement, votre choix dépendra du genre de camping que vous avez l’intention de faire. L’un des plus pratiques et certainement des moins encombrants est le sac de couchage.

Le sac de couchage

Si vous campez souvent, il vous faut en acheter un. Vous pouvez l’étendre sur un lit de camp, sur un matelas pneumatique, sur le tapis de sol de la tente ou, au besoin, par terre à la belle étoile. La plupart des sacs sont imperméables en dessous de sorte que l’humidité ne peut y pénétrer.

Certains ont un auvent qui peut être dressé au-dessus de la tête du campeur au moyen de deux bâtons fourchus.

L’été, lorsqu’il fait beau, vous pouvez dormir dans un de ces sacs, sans tente (si vous pouvez le couvrir d’une moustiquaire) mais vous ne devriez jamais essayer de dormir dehors quand il pleut car la partie supérieure du sac n’est pas imperméable.

Il y a des sacs de différentes formes et qui pèsent plus ou moins lourd; vous en avez à tous les prix. Par temps très froid, vous devez utiliser un sac rempli de duvet. Ce modèle est beaucoup trop chaud ordinairement; un sac léger rempli d’une fibre synthétique convient beaucoup mieux à ceux qui campent en été. N’achetez pas de sacs remplis de coton; ils sont froids et humides par temps de pluie.

Certains sacs, surtout ceux conçus pour le froid, ont des formes enveloppantes et sont appelés sacs de montagne. Ils sont chauds mais vous risquez d’avoir des crampes; en fait vous n’avez pas besoin de cette chaleur supplémentaire en été; il vaut mieux avoir un sac de forme rectangulaire avec une fermeture à glissière sur le côté et à une extrémité.

Lorsque vous commencerez à faire du camping, au lieu d’acheter tout de suite un sac de couchage, vous pouvez le remplacer par deux couvertures. En Amérique du Nord, beaucoup de trappeurs et de bûcherons préfèrent encore un sac fait avec des couvertures.

Les couvertures

Prenez des couvertures de laine et non de coton car le coton absorbe l’humidité comme une éponge et il n’est pas aussi chaud que la laine. Pour faire votre sac de couchage, étendez une couverture à plat et posez-en une seconde dessus de façon à ce qu’elle couvre la moitié de la première.

Pliez la première couverture vers le centre, puis pliez la seconde par-dessus pour faire un sac à quatre épaisseurs que l’on peut alors épingler au fond et d’un côté. Si vous pouvez en trouver, utilisez de grosses épingles pour couvertures de cheval, sinon de grosses épingles de sûreté.

Les matelas

Les campeurs qui partent en canoë ou en auto emportent souvent des matelas pneumatiques, mais ceux qui voyagent à pied ou à bicyclette trouvent généralement ces matelas trop lourds pour s’en encombrer. Ils préfèrent l’ancienne toile à matelas utilisée depuis de nombreuses années par ceux qui vivent en plein air.

Pour fabriquer un de ces matelas, achetez 4 m (4.40 yards) de gros calicot et cousez-le de façon à en faire un sac de 91 sur 198 cm (36 sur 78 pouces). Pendant la journée, vous pourrez vous servir de ce sac pour transporter du matériel et, la nuit, vous pourrez le bourrer de feuilles mortes ou d’herbe sèche et vous aurez ainsi le matelas le plus confortable que vous puissiez souhaiter.

Si vous utilisez un sac en couvertures à la place d’un sac de couchage, il est recommandé d’étendre une toile imperméable par terre sous les couvertures.

Cela empêchera l’humidité de pénétrer et vous tiendra au chaud et au sec pendant votre sommeil. Si vous fabriquez un sac en toile à matelas, vous pourrez en enduire le dessous avec de la paraffine. Ce revêtement remplacera la toile imperméable ou le tapis de sol sous votre couverture.

Conseils au cuisinier campeur

Que vous partiez à pied pour la journée ou que vous campiez une semaine, il vous faut du matériel pour préparer de bons repas.

Naturellement, il est possible de faire cuire certains plats sur les cendres du feu de bois ou sur des baguettes mais, jusqu’à présent, personne n’a été capable de faire bouillir de l’eau ou de réchauffer une boîte de petits pois sur une baguette.

Vous avez besoin de quelques ustensiles de cuisine.

Matériel de cuisine

Vous pouvez aller dans un magasin choisir les ustensiles séparés que vous voulez ou acheter une batterie de cuisine compacte faite spécialement pour le camping. Vous finirez probablement par acheter une popote en y ajoutant de temps en temps divers autres ustensiles.

L’aluminium est ce qu’il y a de mieux pour votre batterie de cuisine car il est léger, solide et bon marché. Si vous campez seulement de jour, vous n’aurez besoin que d’une poêle à frire, d’une gamelle, d’une assiette, d’une tasse, d’une fourchette et d’une cuillère.

En guise de couteau, vous pouvez vous servir d’un canif ou d’un couteau de chasse. Pour ceux qui campent de jour et voyagent à pied ou à bicyclette, ce qu’il y a de plus pratique est une popote en aluminium; son usage a été développé par les scouts et on en trouve dans la plupart des magasins d’articles de sport.

Ce matériel comprend: une poêle à frire, une assiette, une petite gamelle et un quart. Le quart entre dans la gamelle que l’on pose sur l’assiette; la poêle à frire s’encastre dessus pour former un tout. La queue pliante de la poêle ferme l’ensemble et la popote va dans un sac en tissu à bandoulière.

Cela ne suffit pas pour préparer un repas complet, mais cela permet de faire cuire de la viande et des œufs, de faire du café ou de réchauffer une boîte de conserves. Le seul ennui est que le quart en aluminium vous brûle les doigts et les lèvres quand vous buvez des liquides chauds.

Vous pourrez le remplacer par une tasse émaillée ou en plastique.

Si le poids et l’encombrement de votre matériel ne posent pas de problèmes, vous pouvez emporter des popotes prévues pour 4, 6, 8 ou même 12 personnes.

Pour le campeur moyen, il existe une popote pour 4 personnes qui comprend: 2 gamelles, 1 cafetière, 4 assiettes, 4 quarts et 2 poêles à frire. L’ensemble entre dans la grande gamelle.

En plus de ce matériel, vous aurez besoin de quelques autres ustensiles. Il vous faudra surtout une grande cuillère pour remuer, une fourchette à long manche, une écumoire, un décapsuleur, un ouvre-boîtes et assez de fourchettes et de cuillères pour tous les membres du groupe.

Il est pratique d’avoir un gril pour faire des viandes ou du poisson grillés. N’oubliez pas une lavette pour la vaisselle, un torchon et du savon en poudre, également une poignée isolante qui vous empêchera de vous brûler les doigts.

Plus tard vous aurez peut-être envie d’ajouter une rôtissoire, par exemple, ou un four à réflexion, mais en attendant vous pouvez préparer d’excellents repas avec l’équipement mentionné ci-dessus.

Idées de repas en camping

Maintenant que vous avez emprunté ou acheté une série de casseroles, poêles et autres ustensiles, il vous faut penser à la nourriture que vous allez préparer.

Il n’y a heureusement pas de problème car les campeurs peuvent choisir aujourd’hui toutes sortes de produits inconnus il y a quelques années. Jadis les trappeurs et les explorateurs devaient compter sur le poisson ou le gibier, les fruits et baies sauvages, les viandes séchées et le porc salé.

Ces aliments sont encore utilisés aujourd’hui mais nous avons en plus toutes sortes de produits en conserve.

Le campeur peut donc avoir les repas nourrissants et bien équilibrés dont il a besoin car il se dépense beaucoup en plein air. Il y a une règle essentielle à ne jamais oublier en camping: il faut prendre assez de matériel pour avoir le minimum de confort, mais ne pas en prendre plus qu’on ne peut porter commodément, quel que soit le moyen de transport utilisé.

Cette règle s’applique également à la nourriture. Avant de partir en camping, prévoyez vos repas pour une période aussi longue que possible. Ainsi vous saurez quoi acheter et en quelle quantité. Si vous partez pour la journée, cela est facile.

Généralement chaque personne apporte son propre repas de midi, par exemple des sandwichs, de la viande froide ou des œufs, des fruits et une bouteille thermos de boisson chaude ou froide.

Si vous campez une nuit ou plus, il vous faudra essayer de varier vos repas; vous devrez également essayer d’équilibrer vos menus et d’avoir de la viande, des légumes et des fruits tous les jours. Vous éviterez d’avoir trop de boîtes de conserve car elles sont encombrantes et lourdes.

Les produits lyophilisés

Il y a heureusement des produits secs et en poudre qui pèsent peu, prennent peu de place et ont autant de goût que les conserves: par exemple le lait, les soupes en poudre, les fruits et légumes secs. Tous ces aliments sont parfaits pour le campeur qui ne veut pas se charger.

Voici par exemple une liste comprenant la ration bien équilibrée d’un campeur pour deux jours. Il n’y a que des produits légers, secs ou en poudre :

  • Abricots secs 150 g
  • Riz 175 g
  • Haricots blancs 150 g
  • Sel 25 g
  • Café ou chocolat instantané 25 g
  • Soupe en poudre 50 g
  • Viande froide 175 g
  • Fromage à pâte molle 100 g
  • Sucre 50 g
  • Lait en poudre 175 g
  • Confiture 100 g
  • Raisins secs 50g
  • Pain, biscottes 200 g

Ces provisions qui pèsent un peu moins de 2 kg vous donneront une nourriture bien équilibrée et des repas faciles à préparer. Ajoutez à cela du jambon et peut-être quelques poissons que vous allez attraper et vous aurez de quoi nourrir un campeur affamé.

Si vous êtes plus nombreux ou si vous campez plus longtemps, tout ce que vous avez à faire c’est de multiplier les quantités; vous pouvez naturellement remplacer les fruits et légumes de la liste par d’autres du même genre.

Aliments pour bateau

Si vous voyagez en bateau, vous avez un grand choix d’aliments parce qu’un bateau peut transporter plus de choses que vous ne pouvez le faire vous-même et parce que vous pouvez emporter une glacière portative où vous conserverez viande fraîche, légumes, beurre, œufs et lait.

Vous pouvez également remplacer, dans une certaine mesure, les aliments en poudre et secs par des conserves, mais il est sage de réduire au minimum les boîtes de conserve.

Voici une liste de provisions pour une personne voyageant en bateau pendant 2 jours et ayant une glacière :

  • Jambon 125g
  • Sel 25 g
  • Œufs 4
  • Lait 1 litre
  • Chocolat 1 tablette
  • Soupe 1 boîte
  • Viande 250g
  • Pain 1
  • Café ou chocolat instantané 25g
  • Sucre 50g
  • Petits pois 1 boîte
  • Pommes de terre 4
  • Pêches 1 boîte
  • Haricots 1 boîte
  • Beurre 125g

Il est intéressant de savoir que 5 livres de fruits frais équivalent à 1 livre de fruits secs, et qu’il faut 3 livres de légumes frais pour en faire une livre de secs; 4,50 litres de lait frais donnent 1 livre de lait en poudre.

Rappelez-vous ceci lorsque vous faites votre liste de provisions. Il faudra ensuite savoir comment transformer ces produits crus en repas appétissants.

Cela demande un peu de pratique et d’habileté mais cela vaut la peine d’apprendre.

Quel type de plats faire ?

Naturellement, si vous devenez un chef cuisinier, vos amis s’attendront à ce que vous fassiez à manger pour tout le monde, mais cela vaut mieux que d’avaler des repas préparés par une personne sans expérience.

Frire les aliments

La poêle à frire est la meilleure amie du «chef». Il est facile et rapide de faire frire quelque chose et les aliments ainsi préparés peuvent être délicieux.

Vous pouvez faire frire des œufs, des pommes de terre, des côtelettes, des saucisses, des biftecks (steaks), du poisson. Si vous voulez que vos fritures soient bonnes, vous devez savoir certaines petites choses.

Rappelez-vous de ne pas utiliser trop de graisse, juste assez pour que la nourriture ne colle pas à la poêle; il faut que la matière grasse soit chaude; attendez qu’elle fume avant d’y mettre la nourriture. Si le gras n’est pas assez chaud, il va pénétrer dans les aliments, et s’il est trop chaud, cela aura le goût de brûlé.

Lorsqu’on fait la cuisine sur un feu de bois, il ne faut jamais tenir la poêle au-dessus des flammes ou des cendres rouges car le gras s’enflamme facilement.

Attisez plutôt quelques charbons sur un côté et placez-y la poêle.

Assurez-vous que la nourriture est complètement cuite, pas seulement brunie à l’extérieur et crue à l’intérieur. Il est si facile et si rapide de faire des fritures que beaucoup de campeurs ont tendance à ne compter que sur leur poêle à frire.

Il est bon de manger un peu de friture mais il vaut mieux alterner les plats frits avec d’autres sortes de préparations, des grillades par exemple.

Faire un barbecue

Viandes et poisson grillés sont excellents et tout ce que vous faites cuire sur le charbon de bois ou sur des cendres rougeoyantes prend un goût délicieux.

Vous pouvez utiliser un gril de métal ou faire votre propre gril avec des baguettes de bois vert. Vous devez d’abord “saisir” la viande ou le poisson des deux côtés en le tenant au milieu du feu pendant quelques secondes. Ce procédé conserve le jus à l’intérieur.

Puis éloignez votre grillade de la source de chaleur pour qu’elle cuise complètement sans brûler à l’extérieur.

Certaines personnes placent la viande directement sur les charbons, mais il vaut mieux la mettre près de la source de chaleur et non dessus pour que les viandes grasses ne dégouttent pas dans le feu et ne l’enflamment pas, et aussi pour qu’elles ne brûlent pas à l’extérieur tout en restant crues à l’intérieur.

Côtelettes, biftecks, poulets, jambons, saucisses sont délicieux grillés. Les campeurs savent que la gamelle est presque aussi utile que la poêle à frire car on peut y faire bouillir de la viande, des légumes, des œufs, de la soupe et des ragoûts.

barbecue camping

Les soupes et les légumes en boîte sont particulièrement faciles à préparer de cette façon car il suffit de chauffer le contenu de la boîte selon les indications portées sur l’étiquette. Les fruits, les légumes secs et les pâtes sont également bons lorsqu’ils sont bouillis.

Cuisiner dans l’argile

S’il vous arrive d’avoir du poisson ou du petit gibier, un lapin ou un canard par exemple, vous pouvez les faire cuire dans l’argile comme les Indiens et les gitans.

Videz le poisson mais ne l’écaillez pas. De même videz le lapin ou le coq de bruyère mais n’enlevez pas la peau ou les plumes. Humidifiez l’argile et couvrez-en le poisson ou le gibier d’une couche de 2 à 3 cm (1 pouce).

Veillez à ce qu’il n’y ait pas de nageoires, de fourrure ou de plumes qui dépassent. Enterrez ensuite le tout recouvert d’argile dans un lit de cendres. Le poisson devra cuire pendant environ 45 minutes, le lapin ou le canard pendant 1½ heure.

Quand vous casserez l’argile durcie, la peau s’enlèvera avec, laissant la chair délicieusement cuite. Vous pouvez aussi faire cuire dans la cendre des pommes de terre et du maïs.

Laissez sur chaque épi de maïs une épaisseur d’enveloppe et placez-les dans les cendres chaudes pendant environ 20 minutes.

Pour les pommes de terre, cela prend 1 heure ou plus suivant la grosseur.

Vous pourrez acheter des farines préparées en boîte qui vous faciliteront la tâche si vous faites des crêpes et des gâteaux.

Tout ce que vous avez à faire pour préparer ces produits, c’est de suivre les indications simples qui les accompagnent. Grâce à tous ces aliments et à toutes ces façons d’accommoder les plats, les menus en camping sont aujourd’hui aussi variés et aussi bons que les repas servis à la maison.

La hache du campeur

L’un des meilleurs auxiliaires du campeur est la hache qui est aussi l’outil principal de celui qui vit dans les bois. Avec sa hache, ce dernier peut abattre des arbres, couper du petit bois, frayer des pistes et construire une cabane en rondins.

Le campeur n’a pas besoin de savoir faire tout cela mais il devrait quand même avoir une bonne hache dans son matériel et savoir s’en servir convenablement.

Il y a certaines règles de sécurité que vous devez vous rappeler: ne portez jamais une hache par l’extrémité du manche car la lame qui se balance près de vos chevilles peut vous faire trébucher ou se prendre dans les buissons. Portez-la toujours près de la tête, le tranchant dirigé vers le bas et, si vous trébuchez, jetez-la au loin.

Avant de commencer à couper du bois, assurez-vous qu’il n’y a ni branches, ni tiges sur la trajectoire de votre hache. Tenez toujours le manche fermement.

Donnez vos coups de hache vers l’extérieur et jamais vers vous. Si vous coupez une bûche, ne la maintenez pas en place avec votre pied. Si vous fendez du bois d’allumage, ne tenez pas le morceau de bois avec votre main.

Utilisez toujours un billot pour couper des bûchettes et placez-y fermement le côté recourbé des branches tordues pour qu’un bout de bois ne puisse sauter et vous atteindre. Lorsque vous ne vous servez pas de votre hache, il vaut mieux la laisser dans une gaine.

Certains la laissent plantée dans une souche; c’est très bien à condition que cette souche ne soit pas sur le passage et qu’on ne risque pas de la heurter. Il ne faut jamais laisser traîner une hache par terre. Rappelez-vous aussi que les porcs-épics se régalent des manches de hache car la transpiration des mains donne un goût salé au bois; aussi vaut-il mieux emporter votre outil sous la tente la nuit.

Il y a des haches de toutes les dimensions et elles pèsent plus ou moins lourd; il faut la choisir suivant l’usage que vous voulez en faire.

Si vous voyagez à pied ou à bicyclette ou que vous ne campiez qu’une seule nuit, il vous faut une petite hache de ceinture avec une lame d’une livre et un manche long de 30 cm (12 pouces) pour couper les broussailles, enfoncer les piquets de tente et couper du bois pour le feu. Un autre modèle ayant une tête pesant 2 livres et un manche de 60 cm convient également au campeur.

Le tranchant d’une hache neuve est peu aiguisé. Cela suffit pour couper du petit bois mais si vous vous en servez à d’autres fins, vous aurez besoin d’un tranchant plus affilé.

Il n’est pas facile d’affûter une hache. Si vous le faites mal, vous risquez d’abîmer votre outil, aussi vaut-il mieux que vous demandiez à quelqu’un qui s’y connaît de le faire pour vous. Une fois que la hache a été affûtée, vous pouvez la garder telle quelle en frottant assez souvent le tranchant avec une pierre à hache.

C’est une meule ronde, rugueuse d’un côté et lisse de l’autre. Pour vous en servir, humidifiez la pierre et frottez la lame avec le côté rugueux en un mouvement circulaire. Quand vous avez fait les deux côtés de la lame avec la face rugueuse, tournez la pierre et finissez avec le côté lisse.

N’affûtez jamais une hache sur une meule émeri électrique, cela enlèverait toute la trempe de l’acier.

Avant de vous mettre à couper des arbres, quels qu’ils soient, assurez-vous que vous êtes en droit de le faire et munissez-vous auprès du propriétaire du bois des autorisations requises.

En plus des règles de sécurité déjà mentionnées, pour vous servir convenablement de votre hache, il faut surtout faire en sorte que le tranchant frappe exactement là où vous le voulez, à chaque coup. La plupart des débutants frappent de toute leur force et ratent la marque. Si, au contraire, vous frappez sans forcer, vous arriverez mieux qu’en donnant une série de coups violents et désordonnés.

Pour couper un arbrisseau, pliez le tronc et enfoncez la lame à l’extérieur de la courbe, pliez le tronc dans le sens opposé et donnez un coup sur ce qui est maintenant l’extérieur de la courbe. Pour de plus gros arbres, il vous faudra faire deux entailles, une de chaque côté du tronc.

Faites une coche pour marquer le bas de la première entaille, puis une autre marque au-dessus, à une distance égale à la largeur du tronc. Enlevez le bois entre ces encoches en coupant en diagonale, vers le bas et l’intérieur. Faites une autre entaille de l’autre côté du tronc, environ 10 cm (4 pouces) plus haut que la première.

Quand le tronc commence à osciller, mettez-vous sur le côté. Pour couper une grosse bûche, coincez-la avec des pierres. Placez-vous devant la bûche, jambes écartées, et donnez des coups de hache à l’endroit choisi.

Lorsque l’entaille a atteint le tiers de l’épaisseur, faites rouler la bûche vers vous, replacez les cales et continuez ainsi tout autour. Les bûcherons coincent les bûches avec leurs pieds mais il serait imprudent d’essayer de les imiter. Pour fendre une petite branche, posez-la à plat sur une souche.

N’essayez pas de la tenir perpendiculaire à la souche et de frapper à l’extrémité. Procédez ainsi cependant pour couper des morceaux de bois plus gros. Quand vous taillez une branche, commencez à l’extrémité la plus grosse et continuez vers l’autre bout.

Votre couteau

Un bon couteau est presque aussi important qu’une hache.

Vous pouvez vous en servir pour préparer le poisson et le gibier, couper le pain et la viande, tailler des baguettes, couper de la corde, éplucher des légumes et faire beaucoup d’autres choses encore.

En camping, canifs et couteaux à gaine sont aussi pratiques. C’est surtout une affaire de goût. Certains campeurs aiment les couteaux à gaine parce qu’ils sont faciles à saisir et sont toujours prêts lorsqu’on veut s’en servir, tandis que d’autres préfèrent un couteau qui puisse se plier pour le mettre dans leur poche.

On perd moins facilement un canif, surtout lorsqu’on l’accroche à la ceinture. Si vous choisissez un couteau à gaine, n’achetez pas le plus gros que vous puissiez trouver.

Pour les usages courants, un petit couteau avec une lame de 10 cm (4 pouces) suffit; c’est moins lourd et moins dangereux à porter qu’un couteau de la taille d’une petite épée. Si vous portez un couteau à gaine à la ceinture, faites attention de l’attacher juste derrière la hanche.

Certains canifs ont un ouvre-boîte, un décapsuleur, un poinçon et un tournevis en plus de la lame coupante. Ces accessoires supplémentaires sont très commodes en camping. Quel que soit le genre de couteau que vous achetiez, gardez-le toujours bien aiguisé.

Vous pouvez l’aiguiser vous-même en frottant par un mouvement circulaire chaque côté de la lame sur une petite pierre à aiguiser humide.

N’utilisez pas une meule à aiguiser électrique, à moins qu’elle ne soit faite spécialement pour aiguiser les couteaux. Maniez votre couteau prudemment. Ne coupez jamais vers vous mais vers l’extérieur.

Vous ne devriez jamais vous amuser à le lancer ou à tirer à la cible; ne le plantez jamais dans le sol.

Les sacs à dos

Quel que soit le genre de camping que vous ferez, vous aurez besoin d’un sac à dos pour transporter nourriture, vêtements et matériel.

Ces sacs sont utiles pour tous: ceux qui voyagent en canoë peuvent s’en servir pour transporter leur équipement sur la rive, les automobilistes pour ranger leurs affaires, mais ils sont surtout indispensables aux campeurs à pied qui doivent porter tout leur équipement sur eux.

Lorsque l’on choisit un sac, il faut considérer certains facteurs, surtout si l’on voyage à pied.

Ce sac doit pouvoir contenir tout ce dont vous aurez besoin pendant votre voyage sans être toutefois trop gros ou trop lourd à porter. Il doit vous laisser les bras libres, être facile à porter sur le dos et être imperméable.

Il y a un grand nombre de modèles de différentes tailles qui répondent à ces exigences. Votre choix dépendra de votre préférence et du genre de camping que vous allez faire.

Si vous campez de jour ou pour une seule nuit, l’un des meilleurs est le sac alpin. Il est commode, en toile imperméabilisée, mesure environ 35 sur 55 cm (14 x 12 pouces) et est assez grand pour contenir nourriture, linge de rechange, articles de toilette et autres effets personnels.

La plupart des sacs ont, en plus, 2 poches sur les côtés. Le sac de scout également est idéal pour de petites excursions. Il a des anneaux sur les côtés pour fixer une couverture roulée.

Il y a un autre sac pour excursionniste, le sac canadien, qui a la forme d’une boîte avec des poches extérieures et des bretelles. Le sac norvégien est un peu plus grand; il a une armature métallique qui épouse la forme du dos. Ce sac est fait pour porter des charges plus lourdes, lors de voyages plus longs, mais on peut l’utiliser pour des excursions soit d’une journée, soit de plusieurs jours.

Cependant, quelle que soit la durée du voyage, le poids du sac ne doit pas dépasser certaines limites: un adulte peut porter au maximum 13 kg en marchant.

Les sacs de femme ne devraient pas peser plus de 11 kg tandis que 7 à 9 kg suffisent pour un jeune.

Pour le cycliste, les sacoches de selle sont idéales; il peut y mettre vêtements, nourriture et effets personnels.

Ceux qui partent en bateau choisissent souvent de grands sacs spacieux à courroie frontale.

En plus des bretelles, ils ont une courroie qui passe sur le front de sorte qu’une partie du poids porte sur les muscles du cou. Ils sont beaucoup trop lourds si l’on voyage à pied mais ils sont pratiques pour transporter l’équipement sur la rive. Ceux qui voyagent en bateau peuvent également choisir le sac-hotte tressé en saule et qui épouse la forme du dos.

Les gourdes

Il est très important que le campeur ait dans son matériel un récipient pour transporter de l’eau potable.

En certains endroits, l’eau ne pose pas de problèmes. Les terrains de camping ont un approvisionnement d’eau potable. En d’autres endroits, cependant, il est difficile d’en trouver.

Aujourd’hui malheureusement la plupart des cours d’eau et des lacs proches de la civilisation sont pollués et il est dangereux de boire leur eau. C’est pourquoi il est plus prudent d’emporter de l’eau avec soi.

Ce qu’il y a de mieux pour les campeurs à pied, c’est une gourde comme celle des soldats. Celles en fer ont tendance à couler ou à rouiller et il vaut mieux en choisir une en aluminium ou en plastique. Certaines, sont rondes, d’autres ont la forme de bouteilles plates d’un côté et légèrement bombées de l’autre pour mieux plaquer au corps.

Quelques-unes ont des bouchons de liège, d’autres ont des fermetures à vis, ce qui est préférable. Elles sont presque toutes recouvertes de toile et ont quelquefois une doublure de feutre. La doublure est importante car si vous plongez la gourde dans l’eau, son contenu restera frais tant que le feutre sera humide, grâce à l’évaporation.

Une gourde d’un litre suffit pour les campeurs à pied. Ne vous hasardez jamais à boire de l’eau dont vous n’êtes pas sûr car même le ruisseau ou le lac le plus limpide peut contenir des microbes mortels.

Il vaut mieux s’informer à l’avance pour savoir où trouver de l’eau potable.

Il est également recommandé d’avoir dans son sac un flacon de comprimés pour purifier l’eau et de les utiliser suivant les indications portées sur l’étiquette dès que l’on a le moindre doute sur l’eau que l’on doit boire.

En dernier ressort, on peut écarter tout danger en faisant bouillir l’eau pendant 15 minutes, mais cela ne devrait être qu’une mesure d’exception.

Comment faire un feu

La façon dont un campeur fait un feu indique tout de suite s’il est novice ou non.

Les campeurs inexpérimentés font presque toujours d’immenses feux, tandis que les vétérans font les leurs aussi petits que possible. En fait il y a plusieurs sortes de feux de camp: pour faire chauffer un repas rapide à midi, pour le dîner, pour avoir chaud.

Il y a aussi le feu d’ambiance et celui qui brûle toute la nuit. Celui que vous allumez pour le repas de midi est le plus petit; c’est un feu rapide, pratique pour réchauffer la gamelle.

Faites un petit tas de brindilles et de feuilles puis coupez environ une douzaine de baguettes sèches et posez-les sur le tas pour former une petite butte.

Placez deux pierres plates ou des bûches de bois vert de chaque côté; posez la gamelle dessus et allumez les brindilles.

Lorsque l’eau bouillira, le feu sera alors presque mort et il restera des charbons ardents qui conviendront pour faire griller de la viande ou du poisson.

Certains campeurs aiment suspendre leur gamelle sur le feu. Ils placent au-dessus de leur feu de camp une branche de bois vert dont une extrémité est posée par terre tandis que l’autre repose sur un bâton fourchu. Si vous voulez préparer un dîner, votre feu doit être un peu plus gros et durer plus longtemps que celui de midi.

Comme il vous faut de la place pour les ustensiles de cuisine, placez deux bûches plates côte à côte en forme de V à environ 30 cm l’une de l’autre à une extrémité et 10 cm (4 pouces) à l’autre. La partie large du V doit être face au vent pour qu’il y ait un courant d’air. Vous pouvez alors placer plusieurs récipients de tailles différentes sur les bûches.

Si vous voulez avoir de la chaleur, le meilleur feu est celui que faisaient les Indiens. Coupez quatre ou cinq petits arbres et étendez-les par terre comme les rayons d’une roue, les grosses extrémités au centre.

Faites votre feu sous ces extrémités et à mesure qu’elles se consument, poussez les troncs vers le centre. Si vous voulez faire un feu d’ambiance autour duquel vous pourrez chanter ou raconter des histoires après le souper, faites une sorte d’enclos en bûches et remplissez le centre d’herbes et de bois.

Les flammes se dresseront, feront danser les ombres et jetteront une lumière gaie. Si vous voulez un feu qui dure toute la nuit, coupez deux bûches de bois dur d’environ 1,80 m de long et placez-les en V comme vous l’avez fait pour le feu du dîner.

Posez ensuite deux petites bûches en travers et faites dessus un feu de broussailles et de petit bois. Les baguettes enflammées tomberont et mettront le feu à l’intérieur des grosses bûches qui brûleront toute la nuit. Il y a encore bien d’autres sortes de feux, mais si vous savez comment faire ces cinq-là, vous serez prêt pour n’importe quelle sorte de camping.

La première chose dont vous aurez besoin pour faire ces feux est une provision d’allumettes sèches. Les meilleures, en camping, sont celles en bois. Avant de vous mettre en route, pensez à plonger les têtes des allumettes dans de la paraffine fondue.

Puis conservez-les dans un récipient étanche et vous pourrez être sûr qu’elles seront toujours sèches.

Il est assez facile d’allumer un feu lorsqu’il fait beau, mais c’est une autre affaire lorsqu’il y a du vent ou qu’il pleut. La plupart des campeurs expérimentés emportent toujours quelque chose pour les aider en de telles occasions.

Certains ont par exemple une bougie de tranchée faite en papier journal roulé très serré, imbibé de paraffine et coupé en morceaux de 7 cm environ (3 pouces), ou une bouteille remplie de morceaux de ficelle enduits de paraffine; il y a aussi les boîtes de tablettes combustibles qu’on peut acheter dans la plupart des magasins d’articles de sport.

Cependant même avec ces objets il est quelquefois difficile de maintenir un feu quand il pleut. Le meilleur bois d’allumage est l’écorce de bouleau tandis que le meilleur bois de chauffage est le pin coupé en petits morceaux.

Essayez de trouver un arbre abattu et enlevez le bois et l’écorce de dessous. N’arrachez jamais l’écorce d’un bouleau vivant. Ce même feu qui brûle gaiement devant votre tente peut échapper à votre contrôle et se propager rapidement dans la forêt, détruisant du bois précieux, des animaux sauvages et laissant un paysage noirci et désolé.

Chaque année, de tels désastres sont causés par des campeurs négligents, donc faites attention au feu.

A certains moments et en certains endroits, vous n’aurez pas la permission de faire de feu du tout, tandis qu’à d’autres endroits il vous faudra un permis du chef des pompiers ou du garde forestier.

La première chose à faire, avant de camper, est de vous renseigner à ce sujet. Si vous êtes autorisé à faire un feu, vous devez respecter un certain nombre de règles de sécurité.

  1. Enlevez toujours herbes, feuilles et broussailles jusqu’à environ 1,50 m de votre feu.
  2. Faites votre feu sur des pierres, du sable ou de la terre, jamais sur des racines qui pourraient prendre feu et couver en dessous.
  3. Ne faites jamais un feu contre une souche morte ou un arbre abattu.
  4. Assurez-vous que votre feu est bien éteint avant de partir. Jetez de l’eau dessus puis remuez les cendres avec un bâton.
  5. Ne laissez jamais votre feu sans surveillance, même une minute. Qu’il y ait toujours quelqu’un à proximité.

Réchauds et éclairage de camping

Les feux de bois sont très amusants mais les campeurs ne sont pas toujours autorisés à en faire.

D’autre part, lorsqu’il pleut ou qu’il y a peu de bois, il est impossible de faire un feu. Heureusement, dans ces conditions, les campeurs peuvent aujourd’hui faire leur cuisine sur des réchauds de camping portatifs.

En fait, beaucoup de campeurs ont trouvé ces réchauds si pratiques qu’ils se donnent rarement la peine de faire des feux de bois. Tout ce qu’ils ont à faire est d’installer le réchaud, d’approcher une allumette des brûleurs et tout est prêt pour faire la cuisine.

Il y a d’excellents réchauds très légers qu’on peut mettre dans un sac à dos de sorte que même les campeurs à pied peuvent s’en servir.

L’un des plus simples et des moins chers est le réchaud à gaz butane (en cartouche ou en bidon) pesant 300 g; une cartouche de gaz peut brûler 1½ heure. Le réchaud se plie et forme un petit paquet facile à porter.

Quant à l’éclairage, le plus simple en camping et toujours un des plus pratiques pour les excursionnistes est la lanterne à bougie. La lanterne elle-même est en aluminium, pèse une livre et se plie en un paquet de 12 cm X 20 cm X 2 cm (4½ X 7½ X ¾ pouces) que l’on peut mettre facilement dans un sac à dos.

La bougie en cire de 3 cm X 13 cm (1¼ X 4¾ pouces) utilisée dans cette lanterne peut brûler 9 h et donner toute la lumière dont vous aurez besoin à l’intérieur de la tente.

Les lampes de poche sont petites et assez légères pour être mises dans un sac à dos; on peut s’en servir partout en toute sécurité et elles éclairent pendant plusieurs heures lorsqu’elles sont alimentées par de bonnes piles.

Quel que soit le genre d’éclairage que vous aurez en camping, il sera toujours bon d’avoir une petite lampe de poche à deux piles dans votre équipement et de la garder près de vous, la nuit.

Il y a sur le marché d’autres types de réchauds à essence et à gaz butane et d’autres modèles de lampes qui pourraient convenir aux campeurs voyageant en auto avec leur famille.

 

Vous aimerez aussi :